Diversifications du marché de la betterave sucrière

Sirop You are in desk top mode, click here for smartphone lighter mode. Vingt-trois diversifications du marché de la betterave sucrière à la portée des petites exploitations jusqu'à la grande industrie de la filière : à noter que l'industrie bénéficie aussi d'une meilleure diversification du marché, assurant ainsi plus de stabilité sur le long terme et probablement plus de satisfactions à l'échelle locale et globale.

Betteraves sucrières séchées sans perte de sucre ni de minéraux :
  1. Sous forme de cubes afin de rappeler le sucre en morceaux classique, mais avec d'innombrables aspects intéressants par rapport au sucre en morceaux raffiné ou non, voir la page Les nouveautés à ne pas manquer.
  2. Sous forme de cossettes séchées, mais conservant leur teneur naturelle en sucre, seule la forme géométrique change par rapport à l'option du dessus, mais le fait d'opter pour des cossettes permet de profiter des infrastructures industrielles déjà existantes.
  3. Sous forme de poudre séchée, de nouveau avec tous les constituants de la racine fraîche, la poudre permet d'utiliser ce condiment comme du sucre, mais sachant que les opérations qui ont été nécessaires à sa fabrication sont réduites tout en gardant l'accompagnement naturel en fibres et en minéraux.


Extraction du jus en vue de réaliser différents produits avec peu d'étapes de fabrications, un extracteur de jus en inox est ce qu'il y a de plus convainquant, car on évite de chauffer quand ce n'est pas indispensable, on n'a pas besoin de rajouter de l'eau qui généralement devrait ensuite être enlevée, on réalise des économies électriques car l'extraction par pressage est plus rentable que l'extraction par osmose hydro-thermique, etc.
  1. Mélasse de betterave concentrée, il n'y a qu'à faire évaporer le jus, puis le taux de sucre devenant totalement saturant la conservation est optimum.
  2. Mélasse de betterave solide et cristallisée pour compléter le miel : en ajustant le taux d'humidité, le taux de cristallisation et possiblement en rajoutant une petite proportion de résidus secs obtenus dans la filière de l'extraction du jus de betterave il doit être assez facile d’obtenir une texture et une consistance ressemblant au miel cristallisé.
  3. Jus de betterave sucrière pur, de frais du pressoir à upérisé en passant par pasteurisé! Pas extraordinaire tel quel car trop sucré, mais cela pourrait amuser certains consommateurs et donner lieux à différentes recettes maison nécessitant une édulcoration naturelle.
  4. Caramels mous : on peut en effet faire des caramels mous directement avec une décoction de jus de betterave sucrière, on obtient donc une pâte de sucre complet translucide au très bon goût qui se laisse mâcher facilement, bref un caramel mou! Et ce résultat a été directement obtenu à partir d'une décoction de racine oubliée sur un champ après la récolte.
  5. De meilleurs caramels mous! Les caramels mous du paragraphe précédents ont été obtenus à partir d'eau chlorée du lac utilisée pour une décoction en ébullition pendant le temps nécessaire de l'évaporation et environ 1/3 du sucre est resté prisonnier des morceaux de betteraves cuits! Bref bien que le premier résultat était très bon il est possible de faire beaucoup mieux de la manière suivante :
    1. Extraire le sucre avec un extracteur de jus ou une centrifugeuse de bonne qualité, et non pas en rajoutant de l'eau qui devra de toute façon être évaporée par la suite.
    2. Les extracteurs de jus et les centrifugeuses en plus d'être très efficaces à leurs tâche laissent un peu de pulpe dans les jus qu'elles produisent, ce qui a pour effet de donner du corps à la masse obtenue une fois l'eau évaporée.
    3. Le fait d'avoir directement accès à la pulpe permet de moduler le corps des caramels mous obtenus et de définir différents goûts et textures.
Le jus de betteraves sucrières une fois dilué (car il est trop concentré en sucre!) se prête merveilleusement bien à la confection de boissons fermentées, notamment pour les raisons suivantes : la racine n'a que peu de défenses ou pas de défenses "chimiques" contre les bactéries et levures capables de s'attaquer à son sucre, elle a un PH très favorable à la fermentation, contrairement par exemple à la majorité des fruits, ce qui permet aux micro-organismes de relâcher de l'acide lactique sans se faire tout de suite incommoder par l’excès d'acidité du liquide qui reste à fermenter, elle contient visiblement juste les bonnes proportions (*) de sucre et de sel minéraux pour utiliser des grains de tibicos comme démarreurs de fermentation.
  1. Boissons probiotique à base de jus de betterave dilué! Il est en effet très facile de faire du tibicos, ou kefir de "fruit", en fait dans ce cas plutôt du kéfir de racine avec du jus de betterave sucrière, en fait cela fonctionne même mieux qu'avec les essais fait par l'auteur de cet article en utilisant du sucre de canne brut! Je suppose que la proximité géographique de la matière première ainsi qu'une probable meilleure compatibilité des sels minéraux génère ces différences. Pour une distribution plus simple il suffit bien sûr de distribuer une poudre de jus de betterave sucrière à diluer à domicile. A noter qu'on ne réinvente pas le sucre bio brut non raffiné et indigène, mais que ce dernier est pour le moment quasiment impossible à trouver dans la distribution alimentaire, le consommateur étant donc pour le moment obligé de se rabattre sur du sucre de canne tropical.
  2. Bière de betterave sucrière, il faut rajouter de l'eau pour obtenir un mélange capable de fermenter de manière optimum dans les même conditions que la bière! Genre de cuves, ferments utilisés, température, temps de fermentation etc. Evidemment cela n'aura pas le goût de la bière au houblon, mais c'est bien le but d'un nouveau produit que celui d'enrichir la palette de possibilités disponibles.
  3. Vin de betterave sucrière, auquel il est évidement possible de rajouter un soupçon de betterave rouge pour obtenir du vin rouge :-).
  4. Alcool fort de betterave sucrière! Probablement aucun avantage gustatif par rapport à un autre alcool fort, ce qui pousse probablement à augmenter le taux d'alcool faute de pouvoir jouer sur la subtilité populaire des arômes de la betterave, mais le fait que cette racine soit aussi utilisée pour fabriquer du carburant moteur pourrait intéresser certains prospects.


Eléments relativement secs rejetés par l'extracteur de jus :
  1. La nourriture moderne étant généralement trop tendre et la fonction masticatoire humaine pas assez stimulée il est certainement possible d'effectuer sur ces éléments encore humides une ultra-compression permettant d'extraire les dernière gouttes de liquide sucré, pour faire des amuses bouches solides et tenaces dont les formes sont à la discrétion des producteurs et qu'il ne restera plus qu'à sécher pour être facilement stocké et distribués.
  2. Les blocs précédent une fois séchés peuvent aussi être réduit en poudre pour en faire des éléments épaississants principalement dans les filières parallèles de la betterave, par exemple comme mentionné ci-dessus pour servir d'agent de texture naturel d'une mélasse afin qu'elle puisse facilement se tartiner.


Divers :
  1. Racines broyées et séchées : tout est dedans sous la forme d'une purée très sucrée à tartiner
  2. Idem ci-dessus mais avec une partie du feuillage pour donner de la couleur et un cachet supplémentaire.
  3. Les épluchures : les multiples transformations proposées dans cet articles impliquent toutes des épluchures pour lesquelles la voie royale est bien sûr l'alimentation animale. les suggestions de paradigmes préparations implique implicitement des épluchures qui font d'excellentes nourritures animales.


Utilisation des feuilles :
  1. Les feuilles peuvent évidemment se cuisiner en légume plus ou moins comme les épinards, mais ce paragraphe se concentre sur les produits à longue conservation ce qui pour les feuilles et vu les installation de séchage à disposition donne d'abord la possibilité de stocker des feuilles de betterave sous forme de poudre, ce qui devrait permettre d'obtenir des poudre riche en vitamine K (à contrôler et attention à l'oxydation), en chlorophylle qui ne l'oublions pas contient au milieu de sa structure moléculaire un atome de magnésium et tant que la poudre reste verte il y a peu de risque que le magnésium disparaisse, et en toutes sortes d'autres éléments nutritifs intéressants, n'oublions pas que cette plante est une championne du stockage de sucre par photosynthèse, ce qui demande un métabolisme végétal de premier plan, et donc une composition moléculaire proportionnelle (par exemple beaucoup de chlorophylle dans les feuilles, un gros réseau de racine pour aller puiser des minéraux, etc.).
  2. Une poudre bien présentée, en fait micro-fragmentée pourrait en plus de ses propriétés nutritives servir de poudre colorante verte, comme la spiruline en poudre qui elle rebute beaucoup de consommateurs en raison de son odeur de ... spiruline.
  3. La congélation est aussi une possibilité, comme pour d'autres légumes, mais il serait minéralement intéressant d'éviter le blanchiment afin d'éviter les pertes minérales, même si les durées de conservations sont plus courtes.
  4. Jus de feuilles de betteraves sucrière : pourquoi pas, cela ne risque pas d'être directement trop sucré contrairement aux racine et on va certainement découvrir une belle couleur verte qui peut s'avérer très utile pour donner une touche colorée à certains des produits précédent ne bénéficiant que de la pâleur de la racine, ni une ni deux nous aurons peut-être une nouvelle fée verte :-)


Vente de la betterave sucrière fraîche! La difficulté est évidemment saisonnière, la période de récolte étant étroite et la conservation fraîche difficile il s'agit d'un marché de niche qui constitue en fait une publicité pour les autres marchés de la betterave sucrière s'adressant directement au consommateur, si le créneau est bien géré, par exemple en déterrant quelques betteraves avant et après le jour de récolte principal, plusieurs semaines de marché consécutives peuvent être couverte et ainsi permettre une meilleure communication avec les clients. Comme la betterave déterrée gaspille son sucre pour essayer de se sortir d'affaire, par exemple en déclenchant une germination ? Il convient probablement de séparer feuilles et racine apr la sortie de terre, en fait c'est ce qui se fait immédiatement avec les récolteuses industrielles
  1. De belle racines de betterave sucrière bien lisses et d'une pâleur faisant presque penser au sucre blanc ont de quoi intriguer le consommateur.
  2. Les feuilles servies à côté avec recette de cuisine et explications devraient compléter harmonieusement la présentation, de plus si différents produits é longue conservation sont déjà présentable, le prospect se rendra compte de la chance qu'il a de tester un produit frais dont le sucre est omniprésent mais la source fraîche si rarement aperçue dans notre monde moderne.


Vocabulaire : betterave, sucrière, diversifications, marché, opportunités, nouveauté, paradigmes, écologiques.

Crédit d'image sur cette page : pixabay.com


Ataox a CMS adapted for Search Engine Optimization.